Tuskaland

La fréquentation de l'Amérique précolombienne par les Gascons

Les relations navales avec l’Europe du Nord fondées sur l’export notamment de sel et de vin pourraient expliquer pourquoi bien après les invasions, Bayonne et Bordeaux étaient toujours tournés vers le nord du continent. Après la défaite scandinave de Taller en 982, les armateurs d’origine scandinave migrèrent avec leurs flottes vers l’Angleterre et Barcelone.  Les marchés nordiques n’ont pas renoncé pour autant à leurs approvisionnements. Il est logique que les armateurs bayonnais d’origine scandinave poursuivirent leurs activités depuis les ports nordiques et rejoignirent ce qui allait devenir  la ligue hanséatique, continuatrice du commerce scandinave… Il ne s’agit que d’une hypothèse, mais elle est logique.

 

Ce commerce avec l’Europe du Nord pourrait également expliquer comment les Basques et les Gascons ont rejoint très tôt les bancs de Terre-Neuve. La Légende veut que les Basques aient traversé l’Atlantique en pourchassant la baleine franche jusqu’à Terre-Neuve où  ils auraient découvert un autre moyen de s’enrichir : la morue. Cette possibilité doit être écartée : les baleines migrent en longeant les côtes. Jamais elles n’auraient traversé l’océan.

En réalité, il y a tout lieu de penser que l’existence de Terre-Neuve a été connue des Gascons et Basques grâce au sel. Gascons et Basques exportaient vers la Scandinavie le sel indispensable à la conservation du poisson et des viandes. Or, Norvégiens et Islandais connaissaient les hauts-fonds de Terre-Neuve et leurs bancs de morues, un poisson facile à conserver et donc à exporter ; les Gascons avaient du sel, des bateaux et des marins intrépides : ils décidèrent d’aller  à la morue en direct… Ce ne seraient pas les baleines qui amenèrent  Basques et Gascons à Terre-Neuve, mais le sel.