Tuskaland

Le Droit de varech gascon, un droit scandinave.

Varech est un mot d’origine scandinave. Il dérive a priori de vag-reki, les choses apportées par les vagues. Le droit de varech existait en Normandie, en Bretagne, terres ayant subi  la domination scandinave, mais aussi en Aquitaine. Estienne Cleirac évoque largement cette pratique dans les  Us et coutumes de la Mer, 1664. Ce droit permettait au seigneur de revendiquer la propriété d’une partie des épaves qui s’échouaient sur les côtes de son domaine.  Ce droit fut particulièrement important en Aquitaine, non pas que les naufrages y fussent plus nombreux qu’ailleurs, mais parce que parmi les épaves, il s’en trouvait qui avaient une grande valeur : les baleines.

Deux baleines sur trois harponnées parvenaient à échapper à leur poursuivants (Frouin), mais elles mourraient en mer, victimes de leurs blessures. Leur cadavre était ramené à la côte. Le seigneur possédant la côte avait, en Gascogne, droit à un tiers de la baleine échouée.

Ce droit seigneurial va connaitre des abus et une prière de marin semble faire allusion à de tels abus : « Protège-nous du chant de la sirène, de la queue de la baleine et du clocher de Mimizan ». Le clocher de Mimizan, tellement énorme qu’il était visible au-dessus de la dune, indiquait aux navires en mer l’entrée du boucau de Mimizan quasiment invisible sur cette côte sableuse et sans relief. Mimizan n’appartenait à aucun seigneur :  c’était une sauveté. Les Mimizanais  étaient maitres chez eux et semblent avoir été particulièrement assidus dans cette pratique. Le plus sûr moyen de ne pas avoir à partager les fruits d’un naufrage était d’en éliminer les témoins…

Avec le mariage d’Alienor d’Aquitaine, le transport maritime vers l’Angleterre se développe et les naufrages aussi. En 1160, Alienor fait établir les Rôles d’Oléron qui viennent réglementer le droit de Varech. Les Rôles  deviendront le coeur du droit maritime britannique puis européen.

Il s’ensuit que le droit de varech, un droit d’origine scandinave, préexistait, lui aussi, à la venue des Anglais.

Ainsi, très clairement, la technique du  clin, la chasse à la baleine et le droit de varech portent une signature nordique incontestable et cette signature n’a pas transité par l’Angleterre puisque ces traditions préexistaient au mariage d’Alienor. La logique est de considérer que cet héritage est venu de plus loin, logiquement des invasions vikings.